web space | website hosting | Business Web Hosting | Free Website Submission | shopping cart | php hosting

Artillerie


 
Au XVI siècle l'artillerie est loin d'être standardisé, ainsi dans l'armée espagnol on compte vers 1570 prés de 23 calibres différents cf. tableau). A cet époque l'artillerie est surtout employé par batterie  lors des
siéges.
Canon Moyen, Impériales de 16 livres du XVI siècle
 
 
 
 
 
 
 
En 1609 le général de l'artillerie espagnol (Diego Uffano) est le premier à rationaliser les calibres existants. On passe de 23 calibres à 6, puis à 4 (48, 24, 12 et 6 livres). Toutes les autres armées d'Europe imiteront plus ou moins cette tendance. En 1630, le roi de Suede introduit un canon  leger (ou canon regimentaire) de 3 livres pour renforcer la puissance de feux de son infanterie.
XVI siècle Calibre Réforme de 1609 Calibre
Canon Lourd 40 livres
35 livres
32 livres
30 livres
Canon Lourd 48 livres
Canon Moyen 20 livres
18 livres
16 livres
15 livres
Canon Moyen 24 livres
Tiers de canon 10 livres
8 livres
7 livres
Quart de Canon 12 livres
     ou
10 livres
Couleuvrine 24 livres
20 livres
18 livres
16 livres
Couleuvrine Moyenne 12 livres
10 livres
8 livres 
7 livres
Quart de Couleuvrine 6 livres
    ou
5 livres
Tierce de Couleuvrine ou Falconnet 5 livres
4 livres
3 livres
2 livres
Jusqu’au milieu du XVII siècle l’artillerie avait une efficacité toute relative en terrain découvert et sur un champ de bataille:

- Les canons étaient lourd et peu mobile.
- Les obus explosives, efficace contre le personnel, n’étaient pas disponible (ils seront utilisés dans la deuxième moitié du XVII siècle).
- La cadence de tir était lente, entre 8 et 15 tirs par heures.
- La qualité du métal faisait que le tube s’échauffait vite.
- Enfin le mécanisme de pointage était erratique.

Le principale avantage de l’artillerie était qu’a courte distance (50 m) les tirs pouvaient être dévastateur sur une unité compacte d’infanterie et qu’a longue portée (500 – 1000 m) les boulets de canons pouvaient désorganisé un escadron d’infanterie.

Par contre dans la guerre de siège l’artillerie était indispensable.

Organisation de l'Artillerie Espagnol en Flandres

Pour le fameux capitaine espagnol le Duc de Alba une bonne batterie contenait, vers 1573, 6 canonslourds ou moyen, 2 couleuvrines,  4 couleuvrines moyennes et 12 falconnets. Pour ce qui concerne le personnel nous avons pour 24 pièces:
1 capitaine général, 8 Hallebardiers, 1 Lieutenant, 1 caporal d'artillerie, 7 auxiliaires, 96 artilleurs (3 pour les falconnets et 5 pour les autres pièces), 10 gentilshommes d'artillerie, 24 conducteurs, 1 chapelain, 1 médecin, 1 Fourier, 1 prévôt et 2 aides, et enfin on a 72 charpentiers, poudriers, forgerons, tonneliers etc...: En tout nous avons environs 226 hommes, c'est à dire un état majors de 17 personnes, un service de maintenance de 103 hommes et 106 artilleurs.

Train d'Artillerie Hollandais en 1610 pour le siege de Julich

Pour attaquer la forterrese de Julich sur le Rhin, Maurice de Nassau avait un train d'artillerie de 15 pièces:  4 canon lourd, 8 demi-canons, et 3 canon de campagne (probablement des canons de 8 - 12 livres). Pour tirer et utiliser ces pièces les hollandais utiliseront 490 chevaux (22 pour les canons lourds, 148 pour les demi-canons et 10 pour les autres) et 560 hommes.  Le canons lourds ont besoin de 22 chevaux.
 

Organisation de l'artillerie Suédoise 1630 - 1640

Ce corps est organisé dans une structure régimentaire avec:

Canon Lourd de 24 livres. Cette pièce était servi normalement par cinq hommes.
 
 
 

Pièce régimentaire Suédoise de 3 livres: Cette pièce était servi normalement par deux hommes.

En 1630 ce "régiment" d'artillerie contenait environ 1200 hommes. De même on estime qu'a la bataille de Breitenfeld, les suédois avait 12 canons lourds et 54 canons régimentaires